Football : Arbitre, un métier dangereux en RDC ?

Article : Football : Arbitre, un métier dangereux en RDC ?
Étiquettes
6 juin 2020

Football : Arbitre, un métier dangereux en RDC ?

Entre peur et incertitude, les arbitres congolais sont rarement très sereins. Ils travaillent dans l’un des secteurs les plus sensibles. Si pour les uns la chance continue de sourire jusque-là, les autres ont déjà vu leurs carrières tourner au cauchemar. Au Congo, être arbitre n’est jamais sans péril.

Les situations extra-sportives prennent de l’ampleur sur le parcours de ces dirigeants de rencontres de football, en plus des actes anti-sport dont ils sont victimes.

Ils sont la cible numéro un du public

Cela n’est plus un secret pour personne. Dans nos compétitions de football, les arbitres subissent les comportements inciviques de certains supporteurs, voire de certains joueurs. Dans un stade, il suffit d’une quelconque insatisfaction d’une partie du public pour que les arbitres essuient des coups.  Mais aussi, faut-il le dire, les hommes en noir voient souvent leur calvaire déborder les limites des terrains. Certains sont victimes d’attaques dans des rues ou à domicile.

J’estime que les retombées de ces actes influencent à la fois les attitudes de certains arbitres et les verdicts de certains matchs : pendant qu’un homme au sifflet n’est plus en mesure de garder son sang-froid dans une arène bien remplie, une équipe peut perdre par forfait un match qu’elle aurait pu gagner.

Une dignité qui ne tient qu’à un fil, dans une carrière à l’avenir sombre

Fans de foot, on a tous déjà soupçonné, au moins une fois, des arrangements de maths. Il y a bien de ces rencontres qui se gagnent d’avance. Maître du terrain, tout arbitre central est appelé à prendre des décisions pour la bonne tenue d’un match. Fort malheureusement, il arrive que nombreuses de ces décisions soient injustes, tout simplement parce que l’arbitre a dû céder à la corruption, ou même à la pression. D’où, une perte de confiance à la vitesse de la lumière à l’endroit de l’arbitre.

Très souvent les dirigeants s’appuient sur le règlement de la compétition pour sanctionner le concerné. La radiation étant parmi les sanctions prévues, certains arbitres perdent donc, en plus de leur dignité, leur carrière.

Dans le métier d’arbitre, comme dans beaucoup d’autres, le danger peut venir de partout. Mais la différence réside au niveau de la limitation dudit danger. Je crois que les arbitres congolais ne sont pas suffisamment protégés. Par ailleurs je me demande également si nos arbitres sont tous capables de vivre de leur travail. Avec une bonne rémunération, le taux de corruption va forcément baisser. Aujourd’hui l’arbitrage est compté parmi les facteurs qui ralentissent le développement du football congolais, une triste réalité, à la limite, une bassesse !

Emery Kabongo

Partagez

Commentaires