Football : En RDC, des talents sont gâchés dans des rues !

Article : Football : En RDC, des talents sont gâchés dans des rues !
16 mai 2020

Football : En RDC, des talents sont gâchés dans des rues !

Les footballeurs ont chacun un parcours différent. Cependant cela n’empêche pas qu’on leur reconnaisse certains points communs, notamment leurs débuts. En République Démocratique du Congo, comme dans des nombreux pays africains, beaucoup des joueurs ont la rue comme point de départ, avant de se lancer dans une carrière professionnelle, ou pas.

Je vois des milliers des gamins caresser le rêve de devenir footballeur professionnel. Ces enfants sont prêts à tout donner pour suivre les traces de leurs idoles qu’ils regardent à la télévision. Mais leurs carrières ne peuvent pas toutes prendre une même trajectoire : pendant que certains arrivent à réaliser leurs rêves, d’autres, pour diverses raisons, se contentent de se limiter au niveau amateur. Que se passe-t-il vraiment ?

La formation devrait succéder à la rue !

Le football moderne exige une connaissance des bases. Je crois qu’en plus du talent naturel, les athlètes ont besoin de s’entrainer et d’apprendre pour évoluer. Malheureusement, très peu d’enfants ont le courage et surtout les moyens de s’inscrire dans des centres de formation. Mais aussi, faut-il le dire, mon pays n’est pas parmi ceux qui ont multiplié les écoles de football en Afrique. L’une des rares qu’on y trouve, c’est la Katumbi Football Academy, cette pépinière du TP Mazembe, l’un des plus grands clubs du pays et du continent.

Chanceux, certains joueurs congolais ont dû être repérés dans des rues pour rejoindre des clubs locaux avant de se retrouver à l’étranger, pour les uns. Malheureux, beaucoup des jeunes très talentueux ont fait des preuves dans leurs différents quartiers et épaté des grands publics, pour que finalement ils changent de métier. Conscients du potentiel que regorge l’Afrique, des recruteurs européens gardent un œil sur le continent, mais ces derniers ne se limitent que dans des centres et clubs pour dénicher des talents, ils n’ont pas intérêt ni le temps de fréquenter les terrains des quartiers, c’est dommage !

Le manque d’organisation et de vision des dirigeants du football congolais

Si aujourd’hui la RDC maque des centres de formation, j’estime que c’est aussi parce que la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA)  ne prend pas cette situation en mains. La preuve, les très rares écoles de football qui existent dans mon pays sont des particuliers. Je ne prétends pas connaitre à fond toutes les attributions de Constant Omari (président de la Fédération) et sa bande, ni remettre en cause leur gestion du football congolais. Néanmoins, je crois qu’avec une petite dose de vision combinée à une volonté d’élever le niveau de notre football, cette fédération songerait aux talents perdus dans nos quartiers.

Les équipes de jeunes, je ne peux ne pas en parler. Celles de la RDC sont instables, voire quasiment inexistantes. Les congolais ne voient pas leurs sélections de mois de 17, 18, 19, 20 ou 21 ans participer aux compétitions internationales. Cela n’est pas dû au manque du potentiel, non. Pour monter une équipe des moins de 21 ans, les entraineurs font recours aux binationaux, qui pour la plupart évoluent déjà avec les Espoirs de la France et la Belgique, avant de se tromper sur quelques jeunes dans nos clubs locaux puis en subir des conséquences. Pourtant avec la création de centres de formation, tout sera si facile !

Entre absence d’écoles de football et manque de vision des dirigeants, en République Démocratique du Congo, des talents sont gâchés dans des rues !

Emery Kabongo

Partagez

Commentaires

Steves TISSERON
Répondre

Ton article est très bien. Il retrace les quotidiens cauchemardesques des jeunes talents congolais. je me demande si les dirigeants sportifs congolais lisent des articles comme celui-ci...
Félicitations monsieur Kabongo.

Emery Kabongo
Répondre

Merci beaucoup Steves,
Dommage qu’on ne soit pas sûr que ces dirigeants nous lisent. On croise les doigts, le message leur parviendra peut-être un de ces jours !

Zickry Lubenga
Répondre

Magnifique article.
Beau développement.
🔥

Emery Kabongo
Répondre

Merci beaucoup Zickry

Imba J. Deus
Répondre

Sûrement ces jeunes ne doivent cesser de croire, tôt ou tard cela tiendra

Emery Kabongo
Répondre

Imba on y croit !

Fennec MONYE
Répondre

C'est bien de nous représenté sur le chéquier international en tout cas.

Emery Kabongo
Répondre

Merci Fennec